Débats et Rencontres

Programme à venir

Tous les débats ont lieu à l’Espace protestant Marc Boegner,
27 rue de l’Annonciation, Paris 16e

La formule :

  • 19h30 : un buffet sur inscription préalable (paroisse.annonciation@wanadoo.fr)
  • 20h30 : une soirée débat (entrée libre)

Nouvelle Déclaration de foi pour le SYNODE NATIONAL de MAI 2017

L’appel des rapporteurs nationaux

TRAVAIL PAROISSIAL sur le projet de texte de la Déclaration de foi de l’EPUF

1. Le numéro de Pentecôte du bulletin paroissial LE LIEN consacré à ce thème avec mise en parallèle de la Déclaration de 1938 et de la proposition de base de 2016

2. Un 1er temps au CONSEIL PRESBYTÉRAL du 1er février : Denis Heller fait l’historique des déclarations précédentes, de l’Union, et la nécessité d’une nouvelle déclaration commune.
Explication sur les termes profession, déclaration et confession de foi.

3. Un culte en février avec PRÉDICATION de Denis Heller à partir de Philippiens 2, v.5 à 10.

4. Un 2e temps en CP le 7 mars après travail personnel préalable de lecture et analyse du texte : nous avons individuellement puis collectivement pointé et discuté les éléments qui nous ont semblé positifs, négatifs ou obscurs, et ce qui nous semblait en défaut :

  • En POSITIF : Un langage moderne, dynamique, enlevé. Une manière nouvelle de dire le trépied de la Réforme (la foi, les écritures, la grâce). Des mots « forts » : joie, certitude, liberté, dignité, rassemble… Et enfin la grâce comme envoi en fin de déclaration.
  • En NÉGATIF : • le mot bouleversé, qui peut avoir une connotation négative… À remplacer par bousculé ? Également à propos de l’Esprit, nous proposerions plutôt : par son Esprit, Dieu nous rassemble dans une communion invisible. • entendre ou plutôt comprendre cette Parole… même si cela obéissait au jeu dichotomique écouter/entendre… Et même si la justification est fondamentale dans cette déclaration, la phrase ainsi justifiés nous semble mal exprimée et très mal articulée avec la précédente… Notamment le mot grâce trouverait une première fois sa place dans ce paragraphe… • Qui témoigne nous semble une expression un peu lourde et démodée… À remplacer par celui qui témoigne ou simplement témoigner ? • Nous pensons que croyant (un peu radical, excluant/incroyant) pourrait être avantageusement remplacé par celui qui met sa confiance dans l’Évangile, car le mot confiance n’apparaÎt pas dans ce texte… et même si brise les chaînes a une résonnance biblique, cette expression nous semble présenter une connotation idéologique… • OK • On bute sur le mot passion
  • Ce qui MANQUE ? Les mots : confiance, prière, salut, espérance, Esprit saint (et non seulement Esprit).

5. UN TRAVAIL OUVERT EN ÉGLISE LE 18 MAI EN SOIRÉE : une vingtaine de paroissiens seulement, malgré la large publicité faite… mais très intéressés et participants !
– Denis Heller expose dans un premier temps :

  • L’historique de cette Déclaration, aboutissement de l’Union luthérienne et réformée (EPUF, en 2013)… donc la volonté d’écrire ensemble une déclaration à 2 voix unies…
  • La distinction déclaration/confession de foi…
  • Le fond (foi-confiance) et la forme (foi-doctrine).
  • Les 4 fonctions d’une déclaration de foi (théologique, liturgique, œcuménique, missionnaire)…
  • La méthodologie de travail presbytéro-synodal à partir d’un « texte martyr » rédigé par une équipe de pasteurs et laïcs luthériens et réformés, nommée par le Conseil national. – Puis il est proposé un temps de réflexion et débat en petits groupes, avec trois questions :

A/ CE QUI PLAÎT, CE QUI DÉPLAÎT, GLOBALEMENT.
On a aimé :

  • Un texte poétique et large…
  • L’élan des mots : joie, liberté, merveille….
  • Les verbes actifs : se révèle, écoute
  • Un texte bref et dense, mais peut-être trop concis.

On n’a pas aimé :

  • Un texte plus ou moins bien construit, cohérent théologiquement, mais avec des redites… et surtout qui manque de souffle. Le côté proclamation manque… C’est une forme très déclarative et peu priante (c’est probablement la distinction avec confession de foi ?).
  • L’essentiel y est, mais très abstrait, compliqué, trop allusif (destiné aux initiés), imprécis, voire édulcoré… Cette imprécision permet cependant de s’y retrouver, de se sentir concerné ; on peut s’approprier ce texte lorsqu’on doute (proximité avec confession de foi ?).
  • Les thèmes des 6 paragraphes : Jésus-Christ, la Bible et la grâce, la vie chrétienne, l’Église, l’Église universelle, l’Église dans la société, n’apparaissent pas clairement… (titres proposés par Denis Heller).
  • Le vocabulaire, qui se voudrait simple, emploie des termes comme justifiés, réconciliés, livres symboliques peu compréhensibles hors communauté des croyants (quelle fonction missionnaire ???).
  • L’absence du mot confiance, conversion, des termes comme bouleversant, trop subjectif et fort (préférer : une parole qui bouscule, fonde, transforme ?), passion, trop excessif (préférer fidélité, constance, inlassablement ?), les chaînes de l’injustice, idéologique… même si références bibliques en filigrane… Il manque la notion de résurrection, de trinité, d’humanité de Dieu.

B/ RETROUVE-T-ON L’ESSENTIEL DE LA FOI CHRÉTIENNE DANS CETTE DÉCLARATION ?

  • On trouve peu l’idée d’une réponse libre à un appel de Dieu, de l’Église… point 1 : inverser liberté et foi ? Mettre la phrase « il est pour nous source de liberté, sujet de joie » en fin de paragraphe ?
  • Points 2 et 3 : rédaction trop compliquée… Il traite de la Bible et de la grâce, et ces mots n’y figurent pas… On ne retrouve pas la notion de faute/ péché, ni la place respective homme-créature de Dieu / Dieu-créateur ; culpabilité/pardon-salut- libération par la grâce…
  • Pas de place à la prière, au témoignage…

C/ CETTE DÉCLARATION DE FOI DIT-ELLE NOTRE IDENTITÉ LUTHÉRO-RÉFORMÉE ?

  • Et donc cette question éludée de la réconciliation avec Dieu est-elle une forme d’entente entre nos deux confessions ? Mais alors qui sont les convertis ?
  • L’absence de magistère unique oblige-t-il à une déclaration de foi représentant une parole d’union dans notre diversité ?
  • Pour autant, une identité protestante forte, sans concession aux catholiques… (mais alors, quelle fonction « œcuménique » ?) est- elle compréhensible pour des athées ?
  • Mais il manque la dimension de responsabilité-engagement social, « politique », la notion de service, diaconie, de responsabilités éthiques comme fondamentaux de la foi… Le paragraphe 3 l’aborde sans clarté. Insistance sur la justification et peu sur la sanctification ... Et il faudrait positionner l’Église comme faillible, humaine… Une déclaration de foi « concorde », donc ! En fin de séance, une relecture à voix haute du texte nous a semblé beaucoup plus claire, audible, « lisible »… Un début d’appropriation !

6. VERSION 2 DU 1er SEPTEMBRE 2016 : synthèse des notes du conseil presbytéral
Dans notre conseil, les avis sont partagés sur la vocation de ce texte, la cible ou le « lecteur idéal » de cette Déclaration, notamment sur la manière dont ce texte peut parler à une personne qui souhaite entrer en contact avec notre Église.

  • En POSITIF : • Les 4 premières lignes, qui signifient l’historique d’union des 2 Églises… mais peut-être à mettre en italique, en « sous-titre » ? Car le premier paragraphe nous a paru trop long ; la déclaration de foi en elle-même commence par : « L’EPUF découvre dans la Bible… » • C’est une déclaration (et non confession, plus personnelle ou personnalisable) de foi, très formelle et qui se veut didactique, parfaite du point de vue théologique luthéro- réformée : s’adresse-t-elle cependant à toute personne extérieure comme appartenant aussi déjà à l’EPUF… ou nécessite-t-elle une initiation catéchétique ? • Les mots qui manquaient dans le premier texte sont bien présents, les remarques et critiques ont donc été prises en compte … À tel point que ce premier « texte martyr » a été totalement réécrit dans un style radicalement différent ! • La « Grâce » est cette fois bien explicitée. • Le paragraphe 4, qui est le paragraphe central, a recueilli l’unanimité des membres du CP. Très beau passage qui pourrait presque se suffire à lui-même.
  • En NÉGATIF : • Trop d’expressions bibliques incompréhensibles hors références, qui n’ont pas lieu d’apparaître dans le texte déclaratif : celui-ci doit se suffire à lui-même ! On s’est interrogé sur la pertinence de laisser les notes en bas de page renvoyant aux références bibliques. (On a aussi remarqué que tous les versets bibliques viennent des lettres de Paul...) • Deux mots importants sont cette fois-ci absents : la Résurrection (même si elle est suggérée dans la « force de vie qui fait jaillir toute chose nouvelle » : pourquoi ne pas l’expliciter comme la Grâce ? Et la notion de frères et sœurs d’un même Père… alors que la Fraternité est au cœur de l’année 2017 ! • D’autres expressions ne nous plaisent pas beaucoup et en particulier la liberté « glorieuse » de Dieu, Dieu « s’est laissé atteindre par le mal » (pourrait être remplacé par Dieu s’est confronté au mal), le monde qui « gémit », et notre rôle d’« ambassadeurs » (à remplacer par témoins ?).
  • CONCLUSION : • Impression d’ensemble plutôt favorable dans notre CP : un texte plus en adéquation avec sa fonction, que la version 1… • Mais peu priant, un peu « anémique », qui manque de souffle, d’élan, de joie !

SYNODE NATIONAL MAI 2015

Le travail dans notre paroisse en 2013-2014 :

4 prédications de nos pasteurs sur le thème synodal

Echos chez nos partenaires œcuméniques

Notes:

 

 

 

Les rendez-vous:


vendredi 24 novembre

 vendredi 24, samedi 25 et dimanche matin 26 : journées nationales de collecte de la Banque alimentaire au profit de l’Epicerie solidaire


samedi 25 novembre

 12h-17h30 Lyon, espace Bancel : 5e convention du Forum de Regards protestants : “Conflits, médiations, institutions… et dans l’Eglise ?”

 20h-23h30 temple des Batignolles : Nuit de la parole avec la participation de Nathalie Chaumet


dimanche 26 novembre

10h30 culte : échange de chaires du Consistoire. A Passy-Annonciation, prédication du pasteur Lendo Makunga du Kremlin Bicêtre. A Plaisance, prédication de Nathalie Chaumet.

18h EpMB : rencontre jeunes adultes, "Casteillon et la nécessité du doute dans un chemin de foi"


mercredi 29 novembre

 18h30-20h EpMB : atelier bricolages et cuisine pour Noël. Repas partagé : apportez un plat froid facile à picorer avec les doigts


jeudi 30 novembre

 30 novembre-2 décembre colloque international à l’Institut historique allemand, à l’hôtel de Lauzun et à la maison Heinrich Heine (Cité universitaire) : La Réforme (1517-2017) : Quel héritage pour l’Europe ?


vendredi 1er décembre

Montrouge : dîner rencontre des conseillers presbytéraux Consistoire


dimanche 3 décembre

 10h30 culte famille : Nathalie Chaumet, Fête d’entrée dans l’Avent


jeudi 7 décembre

19h30 Prière pour tous


dimanche 10 décembre

10h30 culte : Timothée Gestin

18h EpMB : rencontre jeunes adultes, « Quel est le plus grand commandement ? » ou comment interpréter la Bible selon Jésus ? (Matthieu 22, 34-40)


lundi 11 décembre

18h30 EpMB : collectif réfugiés


jeudi 14 décembre

19h30 Prière pour tous

20h30 Etude biblique


Nous contacter   |   Nous trouver   |   Nous aider   |   Mentions légales   |   SOUVENIRS   |  Archives   |  Le Lien   |  Le Calendrier