Thèmes des cultes familles de l’année 2016-2017 : "l’Église : une si grande famille"

Quelques réflexions sur le culte protestant

Lors que nous arrivons au culte, nous emmenons avec nous tout ce qui a été le vécu de notre semaine : nos peines, nos joies, nos tumultes, nos soucis, nos combats. Pour entrer dans le culte, il faut commencer par les déposer afin de les apaiser. Il ne s’agit pas d’oublier notre semaine ni de vivre un temps hors du monde, mais de se rendre disponible à l’Évangile pour qu’il puisse éclairer et féconder notre chemin.

La musique et le silence ont un rôle irremplaçable pour permettre ce travail d’abandon de nos préoccupations. Quelques paroles rappellent ensuite l’appel de Dieu et l’assurance de sa présence.

Ce temps d’ouverture peut se conclure par quelques paroles de prière qui invoquent la présence de l’Esprit pour que son souffle inspire notre rencontre

Louange

La louange est un applaudissement. Parfois, la louange peut nous sembler enfantine. Nous pouvons alors nous souvenir que le Christ nous appelle à retrouver un cœur d’enfant. Louer Dieu, c’est laisser parler l’enfant qui est en nous.

La louange ne sert à rien. Elle est aussi utile qu’un cadeau, aussi précieuse que la gratuité, aussi nécessaire qu’un sourire, aussi importante que la quête du beau !

Le temps des enfants

Pendant les périodes scolaires, les enfants assistent au début du culte avant de partir dans les groupes d’éveil biblique, d’école biblique ou de pré-catéchisme.

Nous les accueillons par un message qui s’adresse particulièrement à eux, parfois sur le même thème que celui de la prédication.

En écoutant ce message, nous nous souvenons que, dans l’Évangile, Jésus a dit : " Si quelqu’un ne reçoit pas le Royaume de Dieu comme un petit enfant, il ne pourra y entrer " (Mc 10.15). Non pas que nous devions renoncer à notre intelligence ni à notre réflexion d’adulte, mais nous sommes invités à ouvrir notre cœur comme un enfant.

Dans le verset suivant, Jésus embrasse les enfants et les bénit en posant les mains sur leur tête. Cette bénédiction s’adresse aussi à l’enfant qui est en chacun d’entre nous.

Rappel de la volonté de Dieu

L’Écriture nous appelle à la réconciliation, avec Dieu, avec nos prochains et avec nous-même.

Être réconciliés, c’est vivre une cohérence entre ce que nous croyons, ce que nous disons et ce que nous faisons.

Contre une tendance naturelle à nous laisser enfermer dans nos égoïsmes, nos craintes et nos servitudes, nous avons besoin d’entendre et de réentendre cet appel à une vie renouvelée, une vie où l’Évangile n’est pas une lettre morte, mais une lumière qui éclaire nos paroles, nos pensées et nos actions.

Prière de repentance

Si le premier pas de la prière est l’attitude qui consiste à être en vérité devant Dieu, nous devons reconnaître que notre vie est partagée. En nous cohabitent la foi et le doute, l’amour et l’amertume, la générosité et l’indifférence.

Notre vie peut être comparée à une maison. Il y a les pièces publiques dans lesquelles nous invitons nos amis. On les soigne pour qu’elles soient accueillantes. Puis les pièces plus intimes, dans lesquelles nous recevons nos proches. Enfin, il y a les coins où l’on va rarement car ils sont en désordre et ils nous font un peu peur. C’est la partie cachée de nos vies, nos ténèbres, nos blessures, nos rancunes et nos prisons.

La prière de repentance ouvre les volets des différentes pièces de notre maison pour laisser entrer la lumière de Dieu. Elle nous invite au courage de la lucidité pour que le pardon de Dieu soit une guérison.
Annonce du pardon

Le pardon est la marque la plus authentique de l’amour de Dieu. Souvent, l’amour de Dieu pour nous est incertain. Nous croyons que Dieu existe, que Jésus le Christ est mort sur une croix et même qu’il est ressuscité, qu’il nous appelle à vivre le Royaume… mais comme il est difficile de croire que Dieu nous aime ! Nous confessons que Dieu a tant aimé le monde… nous disons que Dieu est amour… mais nous le croyons si peu. Si nous ne devions conserver qu’un texte dans la liturgie d’un culte, ce devrait être celui de l’annonce du pardon.

S’il est vrai que l’identité naît de la répétition, il faut dire et répéter les paroles de grâce afin que notre identité s’enracine dans la seule assurance de l’amour de Dieu, d’un Dieu qui accueille, qui pardonne et qui envoie.
Baptême

Lorsqu’il y a une demande de baptême, il a lieu au cours d’un culte. Avant
de quitter les siens, Jésus les a envoyés en mission et leur a laissé le signe du baptême.

Si aujourd’hui encore nous baptisons, c’est pour répondre à cette parole, dans la confiance que nous pouvons trouver dans l’eau du baptême et dans la bénédiction qui l’accompagne un signe de la grâce de Dieu, une présence particulière de l’Évangile.

Les petits enfants ne savent encore rien de l’Évangile, et pourtant nous croyons qu’ils sont totalement aimés de Dieu, qu’ils ne sont pas la propriété de leurs parents mais qu’ils leur sont confiés, qu’ils sont appelés à la vie. Nous exprimons cette conviction en les baptisant.
Le signe du baptême parle aussi aux adultes. Il nous rappelle que tout ce que nous avons de foi d’espérance et d’amour n’est jamais que la réponse à l’amour premier que Dieu a posé sur nous.

Certains parents souhaitent laisser à leur enfant la possibilité de demander eux-mêmes leur baptême quand ils en feront le choix. Nous proposons alors une cérémonie de "présentation" qui est une louange pour la vie de l’enfant et une prière de bénédiction pour son histoire.

Confession de foi

Habituellement, l’assemblée dit le symbole des apôtres. Ce texte est ancien et les confessions contemporaines n’utilisent pas le même vocabulaire. Il utilise des expressions comme rémission des péchés, communion des saints, résurrection de la chair dont nous ne sommes pas sûrs de comprendre tout ce qu’elles disent. Mais ce décalage par rapport à notre propre vocabulaire a aussi sa vertu, il nous rappelle que la foi confessée par l’Église dépasse notre spiritualité et notre compréhension personnelles.

En disant le symbole des apôtres, nous sommes en communion avec l’Église universelle. Depuis les premiers siècles, ce texte a exprimé la foi de l’Église, aujourd’hui il est récité dans tous les pays par toutes les confessions.

Prière d’illumination

Avant la lecture biblique, une prière demande à Dieu le secours de son Esprit pour que la parole écrite dans le Livre devienne parole vivante pour notre vie.

Parfois, nous avons le sentiment que la prière est paresseuse, que l’Écriture est ennuyeuse. La foi devient alors laborieuse. Nous pouvons ne rien faire, et entrer alors dans une routine fastidieuse. Mais nous pouvons aussi réagir, et invoquer l’Esprit de Dieu. La prière devient alors un acte de foi, la reconnaissance que nous attendons tout de Dieu, surtout pour notre foi.

Dans une de ses prières, André Dumas a écrit :

Ta parole est comme du pain.

Casse sa croûte pour que nous puissions goûter sa mie.

Lectures bibliques et prédication

La prédication est généralement préparée et dite par un pasteur, mais elle peut aussi l’être par un laïc. Elle est précédée par la lecture d’un ou plusieurs textes bibliques qui l’inspirent.

Elle a pour but d’actualiser la Parole pour que l’Évangile ne soit pas une lettre morte, mais une Bonne Nouvelle qui s’adresse à notre monde et à nos histoires personnelles.

Dans le livre d’Ésaïe, Dieu dit par la bouche du prophète : " Ma parole ne revient jamais à moi sans avoir produit un effet " (Es 55.11). Personne ne peut mesurer cet effet et souvent le prédicateur ignore ce qu’il s’est produit. Il en est réduit à semer à tout vent, comme la fleur du pissenlit. Notre confiance en Dieu nous assure que la parole de l’Évangile est efficace.

Prière d’intercession

Étymologiquement, le mot intercéder veut dire se déplacer entre, aller d’une personne à l’autre.

Après avoir dit la parole de Dieu aux hommes, l’Église dit la souffrance des hommes à Dieu.

L’intercession est l’acte d’amour et de foi des amis du paralytique de l’Évangile qui le conduisent à Jésus. C’est le service tout simple de l’infirmière qui expose un malade transi aux rayons du soleil.
Le Notre Père est l’intercession parfaite qui part de Dieu et finit en lui.
Sainte Cène

La cène plonge ses racines dans la pâque juive et s’inscrit dans l’attente du Royaume.

Dans l’Évangile, le Christ nous invite à partager le pain et le vin. Ainsi, la Parole devient nourriture pour notre corps, breuvage pour notre soif. La cène est communion avec des frères et sœurs. Elle nous rappelle que notre foi est infirme quand elle est vécue en solitaire. Elle est le repas de la famille de l’Église, temps de retrouvailles et d’encouragements.
Selon la discipline de l’Église Réformée de France, tous ceux qui voient dans le pain et le vin une nourriture pour leur foi sont invités à la cène. Nous pouvons avancer sans crainte, car nous croyons que c’est la grâce qui invite.

Dans la cène chacun reçoit la coupe et le pain et les passe à son voisin. Cette formule manifeste que nous sommes tous à la fois des mendiants et des anges. Des mendiants qui tendons les mains pour accueillir la grâce et des anges qui transmettons cette grâce à notre voisin.

Envoi et bénédiction

Le culte est un temps d’arrêt, de ressourcement, un temps où l’on se situe face à l’essentiel pour réorienter sa vie.

Après la halte vient le chemin, après la pause, la marche. Si au commencement du culte, nous avons été accueillis par Dieu qui nous attendait, à la fin du culte, il sort de nos temples et de nos chapelles pour faire route avec nous. Désormais il nous attend dans la rue, dans nos maisons et sur notre lieu de travail.

Si nous avons le sentiment de n’avoir pas tout compris, c’est une bonne nouvelle, car cela veut dire que Dieu est devant nous, et que le meilleur est à venir !

C’est en se mettant en route qu’Abraham est devenu le père des croyants.

Allons !

Dans cette marche, nous emportons avec nous une parole de bénédiction de la part de Dieu. Bénir, c’est dire du bien. La parole ultime que Dieu pose sur nos vies est une parole bonne, une parole qui fait du bien !

Notes:

 

 

 

Les rendez-vous:


vendredi 24 novembre

 vendredi 24, samedi 25 et dimanche matin 26 : journées nationales de collecte de la Banque alimentaire au profit de l’Epicerie solidaire


samedi 25 novembre

 12h-17h30 Lyon, espace Bancel : 5e convention du Forum de Regards protestants : “Conflits, médiations, institutions… et dans l’Eglise ?”

 20h-23h30 temple des Batignolles : Nuit de la parole avec la participation de Nathalie Chaumet


dimanche 26 novembre

10h30 culte : échange de chaires du Consistoire. A Passy-Annonciation, prédication du pasteur Lendo Makunga du Kremlin Bicêtre. A Plaisance, prédication de Nathalie Chaumet.

18h EpMB : rencontre jeunes adultes, "Casteillon et la nécessité du doute dans un chemin de foi"


mercredi 29 novembre

 18h30-20h EpMB : atelier bricolages et cuisine pour Noël. Repas partagé : apportez un plat froid facile à picorer avec les doigts


jeudi 30 novembre

 30 novembre-2 décembre colloque international à l’Institut historique allemand, à l’hôtel de Lauzun et à la maison Heinrich Heine (Cité universitaire) : La Réforme (1517-2017) : Quel héritage pour l’Europe ?


vendredi 1er décembre

Montrouge : dîner rencontre des conseillers presbytéraux Consistoire


dimanche 3 décembre

 10h30 culte famille : Nathalie Chaumet, Fête d’entrée dans l’Avent


jeudi 7 décembre

19h30 Prière pour tous


dimanche 10 décembre

10h30 culte : Timothée Gestin

18h EpMB : rencontre jeunes adultes, « Quel est le plus grand commandement ? » ou comment interpréter la Bible selon Jésus ? (Matthieu 22, 34-40)


lundi 11 décembre

18h30 EpMB : collectif réfugiés


jeudi 14 décembre

19h30 Prière pour tous

20h30 Etude biblique


Nous contacter   |   Nous trouver   |   Nous aider   |   Mentions légales   |   SOUVENIRS   |  Archives   |  Le Lien   |  Le Calendrier